Cartes interactives

Qu'est-ce qu'un Budget Participatif ?

C'est en 1989 à Porto Alegre au Brésil qu'est organisé le premier Budget Participatif. Il s'agit à l'origine de permettre aux classes populaires, sous-représentées au Conseil Municipal mais majoritaires au sein de la population de Porto Alegre, de participer aux décisions en matière d'investissement public. Cette première expérience s'est ensuite diffusée à travers le monde et en France. La commune de Lécousse décide en 2021 de proposer ce dispositif de participation à ses citoyens.

 

Le Budget Participatif de Lécousse

Dans le souci de promouvoir la démocratie et la participation de la population, la commune de Lécousse propose aux citoyens de la commune de participer aux décisions en matière d'investissement communal. Les habitants de la commune de plus de 12 ans ont la possibilité de proposer un projet à leurs concitoyens. Les différents projets, après étude de faisabilité, sont proposés au vote de la population. Les projets lauréats sont financés et réalisés dans le cadre du budget d'investissement de la commune. Il s'agit donc d'un moyen privilégié pour les citoyens de la commune de participer à la vie communale et à l'évolution du territoire.

                                                                                                           Budget participatif

L'édition 2021.

En 2021, première édition du Budget Participatif, le thème retenu est : "Améliorer son cadre de vie".

Le dépôt des projets s'est effectué du 1er février au 30 avril. 17 projets ont été déposés. L'étude de chacun de ces projets a été menée par les élus de la Commission Cadre de Vie avec l'appui des services administratifs et techniques de la commune. À l'issue de cette phase d'étude 5 projets ont été retenus. Cet automne, tous les lécoussois de plus de 12 ans pourront voter pour le ou les projets qu'ils souhaitent voir réalisé(s).

 

Découvrez vite l'ensemble des projets retenus afin de préparer votre vote !

 

On en parle : le Budget Participatif dans la presse.

Ouest-France du 28 janvier 2021.

 

Haut de page